Le Té Gé Ess 2019

J’y suis allé le 13 en Business Day et le 14, lors du premier Public Day.
Le Makuhari Messe, pour ce salon se decoupe en trois parties :

  • Les Hall 1 à 8, les principaux qui regroupeent les gros editeurs et la plupart des scenes.
  • Les Hall 9 à 11, dans un batiment séparé où se voient regrouper les indés, l'eSport et les differents magasins de goodies.
  • Le Family Game Park, une arène, complètement gratuite mais exclusivement accessible au moins de 15 ans et leur parents. A l'interieur sont présentés principalement des jeux pour ce public.

Le hall principal m’a paru plutôt déplumé lors des Business Days et le Hall 9-11 trop petit pour accueillir la populace eSport, Indies et Goodies lors des Public Days.

Je m’étais fait une liste des jeux que je voulais absolument tester et j’ai pu l'honorer.

Hell 1-8 - Cercles Publishers

D’abord, Final Fantasy VII Remake.
J’ai aucun lien nostalgico-affectif avec l’original puisque je l’ai jamais fait (Team VI et IX, here).
À l’époque, le côté cyber-techno ne me plaisait pas et le passage de la série du côté de Sony (1997, les gens, c’était encore la vrai GueGuerre) était un coup de poignard.
Ça veut dire que je pourrais y jouer avec mon oeil totalement neuf et m'intéresser au Jeu plutot qu'à l'Œuvre, sans avoir besoin de le remettre en contexte (processus que je ferais si je jouerais à la version PS aujourd'hui).
Quoique ...
Et bien, le remake est top. On est dans la poursuite de ce que recherche la team Nomura depuis Kingdom Hearts et qu'ils avaient commencé à pondre dans Versus XIII : un système de combat dynamique et RPG-esque. Ça virvolte, ça enchaîne et c'est riche, ce qui en contrepartie fait ressortir le côté reloud et répétitif quand tu rates tes séquences, côté inhérent à un systeme hybride comme celui-ci. J'avoue avoir été bien perdu sur la marche à suivre pour faire passer le boss scorpion d'un pattern à l'autre.
Un second point qui me parait tout aussi frustrant car bien dans les dommageables standards actuels, c'est la caméra en mode exploration. Voila un élément qui n'evolue plus du tout depuis quelques années déjà.
Pour finir, un autre aspect inhérent celui-ci au statut de remake du jeu et qui m'a fait sourire, c'est l'attitude de poseur de Cloud. J'ai l'impression d'être face à un membre d'un groupe de Johnny's jouant dans un drama et manque de bol, ils jouent tous à peu près mal. Bien sur, 10 min de demo ne sont pas des conditions optimals quand tu découvres un nouveau système, mais je suis plutôt content de la qualité du bouzin que j'ai eu entre les mains pendant ce lapse de temps.

Dragon Ball Z Kakarot ensuite, non pas pour des raisons de doudou ou de ma jeunesse du mercredi, mais pour vour si ça avait ev...epui... *beeeeeep* ...’ai... _NDA DETECTED_ ...sus... *beeeeeeeep* ...
Une bonne demo de 20 min qui permet de se balader dans un (trop) grand environnement pour allez taper Raditz qui vient d'enlever Gohan ... ou pas. Voilà, c'est un RPG donc y'a moyen d'aller glandouiller faire des quêtes annexes (et qui me paraissent vraiment annexes, hein ...), se balader, récupérer des items un peu partout, etc.
Je suis descendu de Kinto-Un direct tant il se traine (le nuage "supersonique" ? Mon oeil) car heureusement, pour les besoins de la demo et donc sans tenir compte de la chronologie de l'histoire, Goku était capable de voler. Et bien ... l'impression de se traîner à Mach 12, fallait le faire. Le scale est complètement péter. T'as l'impression que le monde est petit jusqu'à ce que tu t'amuses à atterrir pour découvrir que c'est immense(ément vide). Pire, c'est super chaud d'apprécier vitesse et distance pour récupérer les orbes d’XP qui planent un peu partout.
J'ai traçé jusqu'à Raditz, et après une cutscene qui tranche qualitativement avec celle que je verrais ensuite, le combat débute. C'est un systeme à la Naruto (C'est CC2), c'est pas dégueu, ça a de la pêche et je dois dire que y'a de bonnes séquences de LD qui rappelle Asura's Wrath, mais voila, c'est très répétitif car ça s'éternise. Le combat est composé de plusieurs sequences mais j'ai jamais senti que mes attaques avaient vraiment une quelconque incidence sur les changements d'états de Raditz. Bien qu’il soit un adversaire puissant pour le Goku de ce temps, si l'équilibrage de la demo n'indique en rien qu'il est final, on risque tout de même d'avoir de mauvaises surprises s’il est parfois mal branlé.
Dans l'ensemble, ca ressemble à un RPG PS2 quand les studios jap découvraient l’open world et à un RPG PS3 quand ils découvraient l'Unreal Engine. Et vu que le jeu couvre tout Z, va falloir voir sur la longueur.

J’ai suivi Marc de (feu) la Dev Team dans la file pour le Castlevania mobile, puis en regardant attentivement la tronche du jeu sur les écrans du booth, j’ai préféré enjamber la barrière et allé voir Everspace 2 sur la dorénavant habituelle zone Made in Germany.
Je suis un grand fan du premier Everspace, ses dogfights, son rogue très lite et sa narration subtilement conçu, et l’annonce d’une éventuelle suite m’a particulièrement mise le zizi à midi. Eventuelle suite car d’une, c’est conditionné au succès de leur Kickstater et de deux, ce à quoi j’ai joué n’était qu’un prototype pour présenter la nouvelle direction du jeu : l’open world qui, malgré des conditions techniques non-optimal due au notebook ahsmatique qui peinait a pas passer sous les 10fps, m’a plutôt convaincu. En fait, ca ressemble plus une succession de hub dynamique avec la possibilité de faire des va-et-vient (« l’open-world » de la fin des années 90, quoi).
J’ai hâte.

Quand au Castlvania Grimoire of Soul, il semblerait que j'ai bien fait d'enjamber la barrière : Marc a eu très mal à son Castlevania.

C’est-y pas magnifique :/

Je suis passé voir R-Type Final 2 sur le mini stand de Granzella. Oui, j'aime bien R-Type et non, celui-ci est nullos. C'est mou, moche et chiant.
J’ai eu mal à mon R-Type.

Et pis cette DA du fond des ages quand on decouvrait le bump mapping ...

Mais celui que je voulais absolument tester, c’était Seiken Densetsu 3 (Trials of Mana) et je n’ai pas été deçu. C’est délicieusement rétro et juste ce qu’il faut de modernité à la fois, bien loin des deux précédents « remasters 3D » de la serie.
Les combats se deroulent dans une zone (pensez Parasite Eve ou Quest 64 ... bordel, la ref’ du fond des ages du catalogue de la N64) dont on ne peut s'échapper sans se défaire de tout les ennemis ou en tentant une Fuite à l’ancienne, et on est dans le système connu à la Kingdom Heart sans la virvolte. J’émets toute fois deux reserves.
La première sur les feedbacks lorsqu’un ennemi attaque puisque comme dans le jeu original, celui-ci peut déclencher son attaque peinard même quand il se fait copieusement rossé. Difficile d’y voir clair quand on est en plein combo.
La deuxieme concerne la camera (encore elle) et ce choix étrange d'en faire un objet solide incapable de sortir des limites de la zone de combat, la transformant de fait en un apprenti réalisateur âgé de 4 ans et plutôt à fond sur le sommet du crâne du héros.
J’ai pas pu atteindre le boss crabe car je suis mort une fois (oui oui), trompé par une icône R1 criant SOIN mais désespérément vide. J’ai cru avoir oublié d'acheter une potion au village précédent vers lequel j’ai voulu retourner : grave erreur, les ennemis respawn à l’ancienne là aussi, alors que j’avais juste oublié que le fameux Command Ring était de retour dans ce remake afin d’acceder à mon inventaire. Bref, le moment où j’ai pu rejoindre mes deux compères et entrer dans la grotte, j’avais encore des potions de soin mais plus de temps puisque c’est à ce moment que mon temps de jeu expira.
Mais j’m’en branle c’est DO WANT DAY ONE et mon jeu du salon.

OUIIIII !

Hell 9-11 - Cercles Indies

La zone indé était énorme, et chose amusante, sponsorisée par Nintendo pourtant absent du TGS (comme d’hab’). J’ai remarqué qu’il y avait une fois encore beaucoup de studios non-japonais ce qui est l’inverse de la partie BigFish composé à bien 85% de boites jap.

j’ai enfin pu jouer à une (vieille) build de Lost Ember, que j’avais backé lors de leur campagne Kickstarter et qui se trouve avoir un publisher pour le Japon dorénavant. J’en attends beaucoup, la build était sympa mais je sais que la team a depuis ajouté bien plus de trucs.

Site Officiel - Lost Ember

Oh-Mochi est un jeu de combat en arène bien rigolo. Chaque personnage est un mochi (pate de riz gluante meurtrière de vieux lors du nouvel an) affublé d’une arme sur la tête qu’il faut agiter dans tout les sens avec le stick droit dans la plus pure tradition des physic-based games. Truc marrant, le papa et la maman des devs leur filaient un coup de main pour gérer les visiteurs.

Toujours dans le jeu à simu-physique WTF et multi-joueurs, Play Dog Play Tag m’a bien fait rigoler. Le joueur dirige un chien qui traine, littéralement, son maitre et s’en sers de projectile grace à sa laisse élastique. Le but du jeu c’est de récupérer un max de nonos, soit en degommant un ours voleur qui se balade d’immeuble destructible en immeuble destructible ou bien évidemment de dégommer les autres joueurs.
C’est n’importe quoi, ca défoule et en l'état ça dépassera certainement pas les 20min de jeu.

Page Steam - Play Dog Play Tag

Cloudpunk m’avait tapé dans l'œil récemment via Twitter avec sa ville en voxel, ses persos en 2D et ses voitures volantes très Cinquième Élément. Et bien, ça sera tout. J’ai monopolisé le pad, espérant découvrir une boucle de gameplay intéressante qui ne l’a jamais été. Je me suis retrouvé à faire du Fedex d’un point A à un très éloigné Point B, à courir dans des rue-couloirs fades et sans une once d'interactivité et à écouter-lire des conversations bien trop longue et inintéressantes. Le jeu est bien trop bavard pour son propre bien et semble bien trop avancé pour que j'espère me tromper.
A moins que l'atmosphère d’un Hall bruyant et bondé, et le style du jeu ne soit pas adapté à sa decouverte ?

Page Steam

J’ai continué dans le jeu couch-coop avec Tools Up qui cache très peu son évidente inspiration, excepté qu’en place de gérer une cuisine infernal, les joueurs doivent coopérer dans la rénovation d’une maison. Consulter le plan, peindre les murs de la couleur demandé, poser de la tapisserie, poser des portes, nettoyer et ranger quand tout est fini, l’idee est ma foi tres intéressante. Toutefois, là où Overcooked propose une prise en main immédiate et une interaction tout de suite compréhensible, Tools Up va ajouter un layer à ses contrôles avec appuie-long et appuie-court, à l’exécution pas très heureuse, afin de multiplier les actions possibles. Couplé à des hitbox capricieuses et un manque de feedback, on se retrouve à pas trop savoir ce qu’on doit, ce qu’on peut ou ce qu’on a fait.
J’ai peu d’espoir de voir un coup de polish sur ces points, la sortie étant prevu pour Novembre.

Site Officiel

Comme d’hab’ au TGS, quand t’es pris à lorgner un écran un peu trop longtemps, les devs t’alpaguent pour que tu joues. C’est comme ça que je me suis bien amusé sur Elysion, un danmaku horizontale fort sympathique, très joli et diablement japonais. Ça, on ne peut s’y tromper. Que je soit bien clair, c’est du déjà-vu, déjà joué, mais j’y peux rien j’aime les shmup jap comme ça. Les shmup comme Trouble Witches, avec des gros sprites et une pléthore de filles qui se tirent dessus, entrecoupée de scènes de dialogue racontant une histoire tarabiscotée avec des artworks animés sous Live 2D encore plus gros, le tout entièrement doublé et avec des ziks qui oscillent entre le metal, l’électro et la chiptune. Enfin, plutot les trois à la fois.
Et niveau système de jeu ? Ben rien de special, la core-mechanic étant la vélocité du personnage qui reduit lorsqu’il tire, ce qui permet plus de precision dans le déplacement afin de naviguer entre les bullets-qui-font-bobo montées en pattern qui explose les rétines.

Site Officiel - Elysion

Comme dis plus haut, tu lorgnes un peu longtemps, on te demande de jouer. Pour Witch, c’est son esthétique directement inspirée d’Octopath Travellers associé à la technique Environnement 3D / Perso 2D qui a retenu mon attention assez longtemps (10s) pour que son sympathique dev americain me mette une manette entre les mains. Le jeu est un J-RPG qu’il développe seul et si la video qui bouclait sur son booth montrait quelque séquences in game et des cutscenes, je n’ai pu jouer qu’à un prototype du système de combat. Animations manquantes ou aux frames non terminées , sprites egalement pas finis, pas de son, et systeme ultra-basique, c’était vraiment bien trop prématuré de faire jouer le quidam. J’imagine qu’il etait surtout ici pour trouver un éventuel financement pour son jeu et son evidente passion pour les RPG jap de l’ère SNES, Final Fantasy VI en tête, font que je vais garder un oeil dessus.

Site Officiel - Witch

Je termine par une explosive surprise.
Giga Bash est mon jeu Indé du salon. C’est développé par un studio malaysien qui après avoir amassé assez d’XP dans l’outsourcing, se lance enfin dans sa propre IP.
Et bordel, quand on apprend que le jeu en a encore pour plus d’un an de dev au vu de la qualité actuelle, j’ai failli chourrer une build ! Alors c’est quoi ? Et ben c’est Powerstone avec des Kaijus (Oui, encore un jeu multi), donc au milieu d’une ville entièrement destructible. Chaque Kaiju a des attaques special et des coups propres mais tous peuvent s'envoyer des immeubles à la tronche. Et c'est pas fini, a la maniere des Ultra Smash de Smash bros, un item pop de temps en temps permettant de décupler la taille de son kaiju à celui qui le choppe. C’est guedin, c'est drole, c’est pechu, c’est violent et c’est beau.
J’ai joué l'espèce de boule de poil, mix improbable entre Totoro et Kirby dont il avait peu ou prou les meme capacités, à savoir avaler tout et n’importe quoi, ce dernier terme faisant references aux autre adversaire que je me faisais un plaisir d'expulser dans le Tout.
Je. Veux. Y. (re)Jouer. Tout. De. Suite.

Giga Boum. Giga fun Site Officiel - GigaBash

Non mais regardez-moi ce jeu !

Event Hell - Royaume Familiale

Pendant les Public Days, L’Event Hall du Makuhari Messe devient le Family Game Park où les enfants et leur parents peuvent enjouailler jeux et show dediés à ces premiers. De tout le TGS, c’est la zone la plus calme, relaxante et reposante. Si vous pensiez pouvoir en profiter, et bien, il va falloir être accompagné d’un (ou plusieurs) marmousets car l’entrée est strictement interdite aux adultes non accompagnés, et oui. L'année dernière, ça m’a pas paru être autant le bordel que cette année, où essayant de maximiser nos chances de choper un ticket pour mes gamins afin qu’ils puissent voir Hikakin faire l’andouille-promo de Minecraft Dungeon, je me suis retrouvé à faire la queue vers l'entrée visiteurs normal (Hall 1), quand femme et enfants étaient peinard à l'opposé dans la queue famille (Event Hall) et ça a été un merdier pas possible pour pouvoir les rejoindre ...
Ben ouais, j’pourrais etre un vieux gaijin pervers, quoi.

Le Family Game Park est composé de bornes de jeux principalement sur Switch et orientées bambins, l’apparition de personalitées comme Sanapi, sympathique presentateur des DVD du magazine TerebiGame Magazine, que mes gamins regarde en boucle jouer à tout plein de jeux pour eux (Minecraft, les derniers jeu Nintendo, etc). Minisuke etait d’ailleurs très intimidé de se retrouver fasse à lui alors que le type est vraiment friendly !

C’est ici aussi qu’il y a les stands des écoles d’initiation à la programation, que ce soit avec Minecraft Éducation ou avec des robots.

Niveaux jeu, j’ai pu decouvrir qu’un remaster de Monkey Ball Banana Blitz était prévu sur Switch et que League Of Legend tentait une grosse perçée vers les jeunes.

Il faut évidemment avoir des enfants, mais c’est une section du TGS que j’apprécie et qui est peu couverte par les médias spécialisés.

Retour à la surface

C’était mon quatrième TGS et c’était le plus organisé de ma part et le plus chill, jusqu'à maintenant. Pas vraiment de gros trucs, ca sera probablement pour l'année prochaine. J’aurais bien aimé pouvoir mettre la main sur Death Stranding, Ninjala ou Senjo no FUGA, mais les deux premiers n’était pas jouable et le dernier tout simplement absent.
N’ayant fait aucun Yakuza et n’ayant aucun attrait pour Sakura Taisen, je ne voyais pas l’intérêt de faire la queue pour y jouer. Quant à Shenmue 3 ...

Le 13, apres ma journée Business, je suis aller rejoindre les gaijins du KY Show dans un izakaya 1, où on a enregistré leur traditionel podcast post-TGS. C’était bien le bordel, je parle et je Mmmh trop, le truc va durer 4h même apres montage et j’ai aucune idée de quand ça sera dispo. Pis en bonus, vous aurez même pas les insiders qui daubent sur Kojima, parce qu’on a coupé les micros.

C’est une honte, Tas d’Gaijins Stupides 2019.


  1. Un genre de bar/resto ultra bruyant et convivial 

Discussion